PASSION SUV  Forum Index
PASSION SUV  Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

L'ère hydrogène peut enfin débuter / Remplacer le charbon… vite !

 
Post new topic   Reply to topic    PASSION SUV Forum Index -> SUV et CROSSOVER et autres vhs 4 WD ou 2 WD / HYDROGENE / ELECTRIQUE / HYBRIDES et PLUG-IN -> HYDROGENE / Les SUV arrivent ! -> News HYDROGENE
Previous topic :: Next topic  
Author Message
gegedelyon
Fondateur et fondatrice / administration des sites SUV

Offline

Joined: 19 Sep 2009
Posts: 81,430
Localisation: En FRANCE
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre
Système d'aide a la conduite ( Type Coyote): WAZE sur SAMSUNG S 8 forfait 4 G 50 GO
Quelle vignette CRITAIR sur votre VH ?: Q 5 et A 5 cabrio diesel EURO 5 / JAUNE Nr 2

PostPosted: Thu 4 Jul 2019 - 11:16    Post subject: L'ère hydrogène peut enfin débuter / Remplacer le charbon… vite ! Reply with quote




https://www.usinenouvelle.com/article/l-ere-hydrogene-peut-enfin-debuter.N8…





SYMPATHIE-CONFIANCE-ENERGIE-VOLONTE / Mon futur SUV cabriolet / VW T-ROC 1.5 TSI 150 ch DSG 7
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Thu 4 Jul 2019 - 11:16    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
gegedelyon
Fondateur et fondatrice / administration des sites SUV

Offline

Joined: 19 Sep 2009
Posts: 81,430
Localisation: En FRANCE
Masculin Verseau (20jan-19fev) 虎 Tigre
Système d'aide a la conduite ( Type Coyote): WAZE sur SAMSUNG S 8 forfait 4 G 50 GO
Quelle vignette CRITAIR sur votre VH ?: Q 5 et A 5 cabrio diesel EURO 5 / JAUNE Nr 2

PostPosted: Wed 14 Aug 2019 - 11:02    Post subject: L'ère hydrogène peut enfin débuter / Remplacer le charbon… vite ! Reply with quote

'hydrogène est "une opportunité pour réindustrialiser notre pays", assure Thierry Lepercq



Propos recueillis par Aurélie Barbaux et Julien Cottineau Photos Pascal Guittet Europe , L'Usine de l'Energie , Energies renouvelables , Entretien , Transition énergétique
Publié le 10/07/2019 À 07H00


Dossier



Auteur d’"Hydrogène, le nouveau pétrole", Thierry Lepercq, le fondateur de SolaireDirect détaille les conditions d’industrialisation de l’hydrogène vert.







Thierry Lepercq, auteur d’"Hydrogène, le nouveau pétrole" et fondateur de SolaireDirect
sur le même sujet


Sommaire du dossier


OFFRE ÉQUIPEMENT OU SERVICE

Energies renouvelables


En partenariat avec



L'Usine Nouvelle - L’hydrogène peut-il vraiment remplacer le pétrole ?


Thierry Lepercq - L’hydrogène possède toutes les vertus du pétrole et du gaz. Il peut se produire, se stocker, être utilisé pour le transport, l’industrie, l’énergie. D’un point de vue méthodologique, il faut oublier ses usages et partir de la molécule, qui peut faire la même chose que toutes celles d’hydrocarbure. Il faut réfléchir au sujet hydrogène comme le font les pétroliers, avec une démarche upstream, midstream et downstream, c’est-à-dire analyser d’une part, la production, d’autre part, le transport, le stockage et la distribution et, enfin, le marché et les usages. C’est la bonne grille d’analyse économique. Elle donne une vision systémique et permet de raisonner à la bonne échelle. Cela ouvre un éventail des possibles et sort l’hydrogène des ghettos où il a été cantonné, comme la voiture.


Mais tout ceci est vrai depuis longtemps…


On utilise déjà 60 millions de tonnes d’hydrogène (dihydrogène) dans l’industrie.
Mais cet hydrogène gris, produit à partir d’énergie fossile, est toujours plus cher que les hydrocarbures fossiles.
L’enjeu, aujourd’hui, c’est de produire de l’hydrogène vert, à partir d’eau et d’énergies renouvelables, à un coût potentiellement moins élevé. Et actuellement, c’est possible.

En fait, le problème, c’est plutôt la question de son transport et de son stockage, c’est-à-dire le lien entre la production et les usages.

Le midstream est le vrai sujet sur lequel il faut travailler.

Il y a des opportunités pour toutes les industries – tuyaux, stockage, bateaux ou encore turbines…


Le marché est phénoménal !


Que manque-t-il à l’hydrogène pour s’imposer ?


Il faut partir du combustible. On est dans un monde de commodités. Il faut être au bon prix.

Sinon vous avez besoin de subventions, et vous n’aurez alors que de petits volumes. Pour l’hydrogène, le bon prix, c’est 1,5 dollar le kilo, qui correspond à 38 dollars du mégawattheure ou 64 dollars par baril de pétrole.

C’est le prix de l’hydrogène utilisé par l’industrie.

Quelle que soit sa couleur – gris, bleu, vert… –, si l’hydrogène n’est pas à 1,5 dollar, les clients n’en veulent pas.


Vous annoncez l’hydrogène vert compétitif dès 2024. Comment ?
En fait, l’horizon s’est déjà rapproché. En février dernier, les industriels français ont confirmé qu’en 2020, il sera possible de produire de l’hydrogène vert, à partir d’électrolyse de l’eau, à 1,5 dollar le kilo ! Pour cela, il faut de l’électricité et des électrolyseurs à un tarif compétitif. Il faut de l’énergie solaire à 20 dollars le mégawattheure, ou de l’éolien offshore autour de 30 dollars, sachant que le modèle n’est pas de faire tourner les électrolyseurs 8 000 heures, mais seulement quand on a de l’électricité qui soit garantie à bon marché. Par construction, cela ne peut donc pas être de l’électricité qui vienne du réseau, car il faut toujours payer le réseau.
 





Il faut donc produire l’hydrogène sur le lieu de production du solaire ou de l’éolien. Transporter du gaz est dix fois moins cher que transporter des électrons.

En revanche, il n’y a aucun modèle de production d’hydrogène décentralisée. Les petites stations de production raccordées au réseau sont cinq à dix fois trop chères.

Pour produire de l’hydrogène vert compétitif, la ressource sera donc de l’éolien offshore néerlandais, danois ou norvégien.

Et pourquoi pas du solaire espagnol. Ensuite, pour réduire les coûts, la seule logique qui vaille, ce sont les volumes. Pour atteindre 1,5 dollar, il faut des électrolyseurs à 0,3 dollar du watt.

Des constructeurs comme le norvégien Nel avancent qu’ils peuvent fournir des solutions à 0,6 dollar par watt, approcher le 0,3 dollar/watt à partir de 1 GW et, à terme, toucher le 0,1 dollar/watt.

Les Pays-Bas l’ont compris et construisent un énorme complexe de 4 GW de production d’hydrogène à Groningue, à partir d’éolien offshore qui sortirait à 35 voire 30 euros du mégawattheure.
 
Comment achemine-t-on l’hydrogène vert danois, néerlandais ou espagnol vers les utilisateurs ?
Il sera acheminé en réutilisant les infrastructures existantes. Les transporteurs de gaz travaillent sur le sujet. Et pour le stockage, il y a des capacités énormes sous-exploitées. Avec l’hydrogène, des actifs échoués pourraient même retrouver une seconde jeunesse. Pour les gestionnaires d’infrastructures existantes, c’est une planche de salut. Il faut bien comprendre que l’hydrogène, c’est le nouveau pétrole. Et l’avantage, c’est que cela se passe en Europe.
Vous parliez pourtant d’un projet "large scale" aux États-Unis…
Le passage à grande échelle n’a été qu’un effet d’annonce aux États-Unis. La Californie, comme la Chine, a fait le choix de miser sur l’internet de l’énergie, qui contrôlera tous les réseaux par la data. Les Chinois n’ont pas l’hydrogène dans leur viseur, car cela interfère avec cette vision d’électrification-digitalisation.
Avec l’hydrogène, la Chine aurait pourtant l’occasion de s’affranchir de sa dépendance au pétrole et envers les Américains.

Et il est peu probable qu’elle reste les bras croisés en attendant que les Européens prennent le leadership. L’Europe ne doit pas manquer cette fenêtre de tir. Il lui faut monter des projets à plusieurs centaines de gigawatts, et ce, très rapidement.

La bonne nouvelle, c’est que la Commission européenne l’a compris et des mouvements sont en train de se cristalliser, avec des PME innovantes, des territoires et des industriels utilisateurs, qui pourraient capitaliser sur l’utilisation d’hydrogène vert.
Le transport maritime réfléchit même à un basculement zéro carbone. On a là un facteur de réindustrialisation du site Europe.
Il ne reste plus qu’à fédérer les acteurs intéressés pour financer les projets, comme en son temps l’État français l’avait fait, en 2010 avec les électro-intensifs du consortium Exeltium et EDF.

Dans l’hydrogène, on va faire la même chose au niveau européen.
Qui sera présent dans ces consortiums ?
Des territoires et des industriels qui sont intéressés soit par de l’hydrogène mobilité, pour les véhicules, soit par de l’hydrogène énergie pour produire l’électricité et de la chaleur.

Le client idéal est le réseau de chaleur qui peut s’engager sur des périodes longues.

Les premiers très grands contrats seront signés en 2020.

La mise en œuvre à très grande échelle est prévue pour 2024.
Les politiques, français notamment, sont-ils convaincus ?
Si on apportait une bonne nouvelle à Belfort, ce serait une bonne chose, non ?
C’est une opportunité pour réindustrialiser notre pays.

Et l’on parle de 1 à 3 millions d’emplois en France, dont un quart dans l’industrie.

Certes, cela nécessitera des transformations, mais cela évitera des destructions d’emplois.

À 1,5 dollar le kilo, vous faites, par exemple, basculer toute l’industrie sidérurgique européenne du coke à l’hydrogène.

Les Marocains l’ont compris. Le roi du Maroc a décidé de réorienter son pays sur l’hydrogène.

https://www.usinenouvelle.com/editorial/a-la-une-l-heure-de-l-hydrogene-a-e…

SYMPATHIE-CONFIANCE-ENERGIE-VOLONTE / Mon futur SUV cabriolet / VW T-ROC 1.5 TSI 150 ch DSG 7
Back to top
Visit poster’s website
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 02:35    Post subject: L'ère hydrogène peut enfin débuter / Remplacer le charbon… vite !

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    PASSION SUV Forum Index -> SUV et CROSSOVER et autres vhs 4 WD ou 2 WD / HYDROGENE / ELECTRIQUE / HYBRIDES et PLUG-IN -> HYDROGENE / Les SUV arrivent ! -> News HYDROGENE All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | How to create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group